vendredi 19 mars 2010

La méditation véritable

Pour la pluspart d'entre nous,nos vies consistent essentiellement a travailler, se rendre au bureau, a l'usine, a l'atelier; soumis au dictat toujours plus intense de la société, de l'économie, de la mondialisation.
Et puis il y a le fait de fonder une famille, d'acquérir la sécurité a travers des biens, un bon salaire, un logement, une relation...
Il y a aussi toutes sortes de distractions de plus en plus élaborées. Des possibilités d'évasions de plus en plus perfectionnées, que ce soit a travers les voyages, la culture, le sport, l'érotisme...
Mais bien souvent, lorsque nous examinons notre vie, au dela de ce fantastique pannel de possibilités offertes, elle nous parrait avec le temps tristement vide, creuse,dépourvu d'intensité et de sens.
Nous pouvons nous réfugier dans toutes sortes de compensations, politiques, sociales, culturelles,sportives, sexuelles, et autres. Si notre lucidité est quelque peu aiguisée, rien ne suffit a totalement combler ce vide.
Les distractions jouent un grand role dans notre vie pour échapper au stress, a l'ennuie ou a la morosité, mais si un jour nous reposons le livre que nous avions machinalement saisi, nous éteignons la télévision, ou rennoncons a la sortie prévue, alors ce grand vide, chargé de tensions et de peurs, empreint d'une sourde tristesse, nous ratrappe.
Certes, selon notre vie et notre sensibilité, tout cela peut etre observé et vécu avec plus ou moins d'intensité.
Néammoins, que nous soyons riche, pauvre, cultivé, intelligent ou pas, subsiste, plus ou moins confusément le sentiment d'un manque.
La question se pose donc ainsi:
Comment découvrir dans notre vie la source de la plénitude ? Comment vivre de facon intense, libre ?
Quelques soient nos conditions apparentes, comment notre vie peut elle etre habitée d'un sentiment de complétude, d'intensité, de joie, d'amour?
Tout cela est l'expression et l'épanouissement de ce que j'appelle:
- la méditation véritable - .

mercredi 17 mars 2010

Comprendre ce que je ne suis pas (suite et fin)

Ecoute!
Ecoute les objets.
Ecoute le silence.
Et par dela le silence,
écoute encore.


Reste tranquile.
Laisse passer toute chose.
Lorsque la saisie avide
des objets se relache,
l'espace apparait.
Sois cela.


Toujours ,
concerve cette compréhension:
"je ne suis pas un objet".


Ne recherche pas la vérité.
Comprend clairement
ce que tu n'es pas -un objet-.

samedi 13 mars 2010

Comprendre ce que je ne suis pas (suite)

Le corps apparait en toi.
Ne te laisse pas
enfermer dans le corps.


Le corps n'est
que sensations.
Le mental n'est
que pensées.


Toute pensée émotionelle
comme le désir ou la peur,
trouve un écho dans le corps
sous forme de tensions.


Libérer la pensée
dans le mental
libérer la tension
dans le corps
deux faces d'une meme pièce.


Laisse agitation et pensées
libres d'aller et venir
a la surface.


Tes pensées
ne sont pas
tes pensées.


Tes pensées
te sont soufflées
par la Totalité.


Laisse les pensées
se penser toutes seules.


Apres une pensée,
dire:
"c'est ma pensée, c'est moi"
est une autre pensée.

jeudi 4 mars 2010

Question sur le "néo-advaita"

Le mouvement du néo-advaita est né de l'aspiration a la vérité, a la liberté, a la joie, d'un certain nombre de chercheurs .
Cette aspiration et cette réalisation cherchent a se manifester de la facon la plus directe possible, au dela meme de toute règle prédéfinie, de tout dogme, de tout cadre traditionel parfois.
Il y a une réelle beauté dans cette démarche.
La vérité pour fleurire doit elle etre nécéssairement encadrée ? Est elle l'apanage exclusif de quelques religieux ou professionels reconnus de la spiritualité?
Ce joyau peut il au contraire etre dégagé de tout contexte culturel? Peut il etre découvert simplement en explorant librement ce que nous sommes, et peut il se partager tout aussi librement a travers rencontres et dialogues , souvent informels?
Bien sure , le néo-advaita comme n'importe quelle approche peut suciter des critiques,il peut donner lieux a des erreurs, comporter des pieges...
Il serrait néammoins domage et présomptueux de vouloir dénigrer ou étouffer la beauté de cette démarche, émanant de l'aspiration sincere de certains a la découverte du bien le plus précieux, dans la liberté.
Naturellement, comme en toute chose, il faut savoir faire preuve de sagesse et de dicernement, de confiance aussi.

mardi 2 mars 2010

Comprendre ce que je ne suis pas (suite)

Le sujet
ou celui qui percoit
-ce que tu es profondément-
ne peut jamais etre percu
car il n'est pas un objet.


Tous ces objets
auxquels nous croyons
si fortement
ne sont qu'un reve.


Laisse ton attention
se défocaliser
des objets


Se perdre
dans les objets
est confusion.