jeudi 30 septembre 2010

La simplicité de la Conscience

Lorsque nous lisons des textes sur la spiritualité, cela parrait parfois complexe, voir confus. On peu en ressentir un certain désaroi.

Permettez moi de vous inviter a une expérience totalement simple.

Fermez vos yeux un instant. Observez le contenu de votre expérience.
Le monde vous apparait sous forme de perceptions diverses ( sons, parfums....)
Ou ce monde apparait il ?
N'est ce pas a la Conscience ?

Observez ensuite le corps,assemblage de sensations sans cesse changeantes.
Ou ce corps apparait il?
N'est ce pas a la Conscience ?

Enfin, voyez les pensées qui vont et viennent.
En quoi sont elles contenues, ou apparaissent elles ?
N'est ce pas a la Conscience ?

Le monde, le corps, les pensées, apparaissent a la Conscience.
Y a t il plusieurs Conciences, ou une seule et meme Conscience, incluant et accueillant toutes choses?

Lorsque vous ouvrez les yeux, il est tentant de se laisser tres vite hypnotiser par les objets. Pourtant , voyez que les formes, les couleurs, apparaissent simplement en vous dans cette meme Concience.

Lorsque nous nous perdons dans les complications, que nous nous identifions a la personne que nous croyons etre, les difficultés s'élevent sans nombre.

Lorsque nous laissons simplement une chance a la Conscience d'etre ce qu'elle est, la tranqillité, la paix joyeuse, ne tarde pas a nous envelopper avec une infinie tendresse.

dimanche 19 septembre 2010

Prochaines rencontres : méditation et non-dualité

Prochaines rencontres :

Méditation et non-dualité
Découverte de la Présence
Célébration de la Concience:

25-26 Septembre: rencontres a Paris

16-17 Octobre : rencontres a Paris

26-27-28 Novembre : retraite en Provence dans le Luberon (84)

Programe: méditation ,approche corporelle ,entretiens.

Demandes de renseignements incriptions:
ici dans les commentaires
ou écrire: lemoinegojo@gmail.com

mercredi 15 septembre 2010

Trouver la paix joyeuse

Question :
Il me semble avoir bien compris les enseignements de la non-dualité tel qu'ils sont exprimés par de nombreux instructeurs, pourtant, je ne ressent ni paix, ni joie et ma vie est sèche et arride; quelque chose cloche quelque part.... christine.

Réponse :
Bonjour christine.
Les "enseignements" de la non-dualités,comme tous les enseignements spirituels authentiques, pointent vers la paix tranquille, la joie, ce sentiment de complétude qui inclut toutes choses.

Il ne sagit pas uniquement de comprendre quelques concepts rabachés ici et la.
Nos conditionnements, nos tendances sont puissantes et fortement enracinées.
Il convient de les voir clairement pour leur permettre de se libérer.
La compréhension doit devenir vivante, imprégner comme un parfum tous les aspects de notre vie.
Pour cela, l'aide bienveillante d'un maitre ou d'un ami spirituel est précieuse.

Il faut savoir aussi écouter son coeur, se laisser trouver.
Ne vous contentez pas de quelques lectures ou de quelques concepts.
Selon l'image traditionnelle, il ne suffit pas de constater que la forme confusément percue dans la pénombre n'est pas un serpent.
Il faut clairement voir la corde!!

De meme savoir ( souvent tres intellectuellement) ce que nous ne sommes pas, ne suffit pas.
Il faut voir clairement Ce que nous sommes et nous y abandonner, nous y dissoudre, bref; le vivre.

Alors la paix tranquille, la joie sereine se dévoillent, et la Présence est .

mercredi 8 septembre 2010

Approche corporelle et non-dualité

L'approche corporelle est "facultative" dans la voie non duelle. Elle se révelle pourtant fort utile et passionnante.
Elle est avant tout célébration.
Célébration de l'intemporelle Conscience dévoilée par le corps laissé libre d'apparaitre en elle et de la réveller.

Le corps envisagé ici est le corps sensoriel tel qu'il se manifeste; pure sensation, énergie, mouvement.
Tel est le mode d'expression privilégié du corps percu.

Dans l'espace tranquil de la méditation, ce corps est invité a apparaitre et se déploie dans la Présence Consciente qui l'accueille.

Ainsi écouté, le corps révelle la Présence mais également toute sa richesse sensorielle.
Il nous apparait en mouvement, fluidique, pure énergie, mais aussi parfois plus opaque, plus dense, sous forme de tensions.
Ces tensions peuvent etre l'expression d'un dysfonctionnement , mais elles sont aussi le lieux ou se cachent peurs, désirs; elles sont souvent les ultimes bastions de la croyance en une entité séparée qui se défend.
Accueillies, laissées libre de se déployer, elles se consumment dans l'espace de l'écoute bienveillante et se libèrent, nous laissant alors dans la Présence.

La poursuite de l'approche corporelle,nous permettra de rester sciemment Conscience en la présence du corps qui va, qui vient et joue en elle.
Nous pourrons ensuite facilement transposer cela dans les différentes péripéties de notre vie quotidienne.

Finallement nous contaterons clairement que la substance meme du corps et donc de tout objet est Concience.

samedi 4 septembre 2010

Le probleme des pensées.

Question :
Comment se fait il que meme dans la compréhension les pensées continuent a apparaitre? Merci J.M
Réponse :
Il est quatres sortes de pensées.
Les pensées fonctionnelles. ( comment me rendre a mon travail, dois je utiliser un marteau ou un tournevis??)
Les pensées a propos de la vérité , du Soi.
Les pensées liées a la notion d'etre une personne.
Les pensées émotionelles résiduelles.

Les pensées fonctionelles, essentiellement pratiques, sont sans probleme.
Les pensées a propos de la Vérité, sont en fait comme la pensée de Dieu en nous, elles nous orientent et nous guident vers la Source . Elles ne sont donc pas non plus problématiques.
Les pensées liées a la notion d'etre une personne, elles , se réduisent tres tres considérabelemnt . ( auparavant peut etre, pouvions nous passer tres longtemps a révasser ou a dialoguer avec nous meme).
Les pensées-émotions résiduelles sont l'émanations de tensions profondes demeurant inscrites et enfouies au niveau du mental et du corps.( peurs archaiques, résidus du passé....)

Dans notre accueil bienveillant, notament pendant la méditation, ces objets vont pouvoir apparaitre clairement, se déployer, et enfin, librement nous quitter.
C'est pourquoi nous devons inclure dans notre méditation l'expérience des pensées, du corps, et du monde ; leur permettant ainsi de consumer enfin leurs énergies bloquées et de se libérer.
Leur impact émotionel se ferra néammoins rapidement négligeable des lors que la Présence serra vécue sciemment comme l'arriere plan paisible de tout cela.

jeudi 2 septembre 2010

La Présence avec ou sans objet.

Question:
Si tout est Conscience,comment faire avec les objets (perceptions, sensations, pensées) qui apparaissent sans cesse ? Merci. J.M

Réponse:
Au départ, il est fréquent d'etre submergé par les différents objets apparaissant a la Conscience.
Dans les conditions particulieres de la méditation, nous réduisons quelque peu les perceptions du monde et les sollicitations du corps. Reste les pensées, parfois tres cahotiques.
Nous assistons a l'apparition de la pensée qui est laissée totalement libre de se déployer dans notre écoute bienveillante, sans lui laisser d'autre échappatoire que de se consummer sur place.
Elle se libere alors et nous laisse pour un moment dans la tranquille et silencieuse Présence.
Il est important d'etre accordé a ce moment et de le reconnaitre. Nous pourrions le nommer: "la Présence Consciente en l'abscence d'objet ".

Par la suite, familiarisé avec la Présence en l'abscence d'objet, nous pourrons constater que cette Présence est contante,meme pendant l'apparition et le déploiement
des objets en elle; un peu comme l'arriere plan du décor d'une pièce de théatre indifférent au jeu des acteurs.
Nous pourrions nommer cela: " la Présence Conciente en la présence des objets".

Finallement nous constatons et comprenons que la Présence Consciente est la constament.
Nous pouvons alors observer que les objets, non seulement n'occultent pas la Présence , mais au contraire la révellent et pointent vers elle.
Etant vus comme émanations de la Conscience, ils sont accueillis sans réserve dans notre bienveillante tranquillité.