mardi 19 janvier 2021

Notre identité véritable .

 

Question :

Est-ce qu'en retirant les séparations, on ne risque pas de perdre son identité, et donc d'être plus vulnérable à l'influence d'autrui ?

 

Réponse :

Mais de quelle identité parlez-vous au juste ?

La plupart d'entre nous en ce monde, nous forgeons une identité centrée sur la croyance en un moi personnel et séparé. Ensuite, nous ne cessons de renforcer cette identité, couche après couche. Tout cela n'est que conditionnement et ne fait que renforcer le sentiment de séparation entre moi et les autres, moi et la nature... Tout cela à l'infini. De toutes ces séparations exacerbées, naissent les conflits, les guerres, l'esseulement, la tristesse...

Alors, est-ce là l'identité que vous souhaitez construire et revendiquer pour vous et vos enfants ?

Il ne s'agit pas de retirer les séparations, qui va le faire ?

Il est question de réaliser notre nature véritable, libre de tout moi séparé. De voir que cette entité à laquelle nous croyons tant , n'est qu'une fiction.

Alors, nous pourrons découvrir quelque chose d'entièrement différent.

Un espace de paix et de liberté, au sein duquel toutes choses se déploient. 

Un espace que nous partageons tous.

Seulement de cette vision-compréhension totalement nouvelle, peuvent s'actualiser les qualités que tout le monde chérit, sans parvenir à les réaliser, comme l'amour, la paix, la fraternité, la bienveillance...

En cela, tous les conflits cessent ou se résolvent harmonieusement.

Il n'y a plus d'entité ou de moi à protéger, ni de crainte de quoi que ce soit. 

mardi 12 janvier 2021

A propos de "La famillia grande" de Camille Kouchner.

 

Question :

Que pensez-vous du livre de Camille Kouchner : "La familia grande" qui vient de sortir? Que nous dit-il de tous ces gens et de la société en général ?

 

Réponse :

Ce n'est pas ici le lieu pour faire le procès de quiconque ni de se lancer dans un grand débat de société. Les médias s'en chargeront avec délice.

Au-delà du triste fait divers, ce livre nous montre des gens totalement enfermés dans leurs croyances, dévorés par  l'ambition personnelle, le goût du pouvoir, l'intrigue, l'argent, tout étant au service de cette avidité, soucieux d'un paraitre de façade, tellement convenu.

La "réussite" semble être à ce prix, au bout d'une vie dédiée à l'ambition à laquelle toutes choses doivent êtres sacrifiées.

Et certes, ce n'est pas facile.

Alors bien sûr, quand toute la vie est ainsi projetée et réglée, il ne reste pas beaucoup de place pour d'autres aspects, sensés pourtant participer du charme de cette vie : amour, vie de famille, amitié, tendresse, art, nature, méditation, spiritualité...

L'oubli de ces valeurs, au profit du carriérisme et du pouvoir, peut être source de grandes souffrances.

Nous pouvons voir, parfois, ces mécanismes à l'oeuvre chez les puissants, mais il est aussi important de les reconnaitre chez soi.

L'ambition n'est peut-être pas forcément à rejeter, mais tout lui sacrifier est mortifère.

Notre vie ne devrait-elle pas être un équilibre harmonieux, entre les diverses activités nous permettant de découvrir tout simplement le bonheur ?


A noter :

Nouveaux horaires provisoires de Satsang à Apt :

Les mercredis à 15h

Les dimanches à 11h.



 

mardi 5 janvier 2021

Voeux et programme des prochaines retraites avec le moine Gojo.

 

Le dernier poème de l'année 2020 disait :

"La cloche au crépuscule

  résonne au loin.

  Si demain m'est accordé

  à nouveau je l'écouterai."

 

Certes aurions nous pu dire, en moins poétique :

Le blog au crépuscule

se déploie tout proche.

Si demain m'est accordé

à nouveau je pourrai le lire.

 

Et bien il semble que demain vous ait été accordé, ainsi que d'entamer une nouvelle année.

Nous espérons vous revoir bientôt, et nous vous souhaitons une bonne année à tous et à toutes.

 

Voici le programme des futures retraites organisées dans le Luberon à proximité d'Apt jusqu'à août 2021.

 

Retraite "au coeur de l'hiver" : du 5 au 7 mars.

Retraite de printemps : du 13 au 16 mai.

Retraite d'été : du 18 au 22 août. 

 

Si les mesures sanitaires le permettent, d'autres stages et rencontres auront lieu en divers endroits ( Paris, Zanzibar ...) 

Si vous souhaitez organiser un stage ou une rencontre avec le moine Gojo, écrivez nous :

lemoinegojo@gmail.com

 

Vidéos sur Youtube :

Tapez le moine Gojo, ensuite chaine, puis playlist, pour accéder à l'ensemble.

 

 

 

mardi 29 décembre 2020

Fin d'année.

 

Voici quelques poèmes de la Voie, du moine Saigyo, pour finir l'année en beauté.

 

Les nuages s'amoncellent,

recouvrant les montagnes,

voilant la lune.

Elle brille dans mon coeur,

là ou personne ne m'empêche

de la contempler.

 

Ce que c'est,

au fond je l'ignore,

pourtant de gratitude,

mes larmes coulent.

 

La cloche au crépuscule

résonne au loin.

Si demain m'est accordé,

à nouveau je l'écouterai.

 

 

 

mardi 22 décembre 2020

Le cadeau le plus précieux.

 

Bientôt Noël ! 

Le temps des cadeaux et de la fête, parfois un peu forcée. Qui fera le cadeau le plus beau, le plus rutilant, le plus astucieux ?

Nous le savons, un pourcentage non négligeable de gens, revendent leurs cadeaux sur un site marchand dès le lendemain.

Alors, quel est le cadeau le plus précieux ?

Voici une histoire Zen qui aborde le sujet.

( A ne peut-être pas évoquer comme prétexte en famille le jour de noël, si vous voulez éviter les problèmes.)

Bonnes fêtes...

 

Ryokan était un moine Zen, qui vivait dans un petit ermitage au coeur de la montagne.

Un jour, un visiteur réussit à trouver sa cabane et vient le voir.

Comme le veut l'usage, Ryokan lui prépare un thé, et comme le veut l'usage, il souhaite lui offrir en accompagnement, des petits gâteaux.

Hélas, la boite est vide. Il n'y a plus rien.

Alors, sans se démonter, Ryokan compose un poème :

"J'aurais voulu vous offrir

  des petits gâteaux,

  hélas, la Voie ne peut rien offrir."

Entendant cela, l'invité, qui était un homme de la Voie, lui répondit :

"Celui qui peut offrir ce "rien"

   fait le cadeau

   le plus précieux." 

mardi 15 décembre 2020

A la mémoire d'un ex futur méditant.

 

La méditation n'est pas une tache, ni un boulot.

Dans le sens où nous l'entendons, elle est l'état naturel, autrement dit, une ouverture à la totalité de ce qui est, comme cela se présente, quand cela se présente.

La méditation véritable est sans méditant, elle ne nécessite pas forcément un lieu spécial ou un moment particulier, elle est la vie même.

Tout cela ne signifie pas, que pour l'intégrer profondément, il ne soit pas utile aux amoureux de la vérité, de se réunir pour partager quelques moments de méditation.

Souvent, de nombreux obstacles semblent s'élever lorsque cette aspiration surgit en nous. Ce n'est jamais le bon moment, nous remettons toujours à plus tard...

Connaissez-vous cette petite litanie énumérant les problèmes ?

Trop jeune pour méditer.

Trop turbulent pour méditer.

Trop occupé pour méditer.

Trop amoureux pour méditer.

Trop de travail pour méditer.

Trop de soucis pour méditer.

Trop fatigué pour méditer.

Trop malade pour méditer.

Trop tard pour méditer.....

A la mémoire d'un ex futur méditant... 


A noter :

Nouvelle vidéo sur Youtube : Aimer.

Tapez : le moine Gojo


Satsang à Apt, nouveaux horaires :

Le mercredi à 17h

Le dimanche à 11h

 

mardi 8 décembre 2020

Agissez !

 

Lorsque j'étais dans le Zen ( bien avant d'avoir découvert la non-dualité), mon maître, Taïsen Deshimaru, rapportait souvent de ses voyages de petits souvenirs, qu'il offrait ensuite à ses disciples.

Un jour, l'un d'eux représentait une plaquette de bois sculpté en forme de parchemin, sur laquelle était gravée une maxime en lettres dorées.

La maxime, sur cet objet totalement kitsch disait :

"L'intelligence c'est de savoir quoi faire.

  La technique c'est de savoir comment faire.

  Le succès c'est de le faire."

 

C'est tellement vrai n'est-ce pas ?

Vous pouvez être doué d'une intelligence remarquable, posséder une technique exceptionnelle, si vous n'agissez pas, il ne se passera rien.

Il en est ainsi dans tous les domaines, également dans la Voie spirituelle.

Même si vous avez compris, même si vous savez quoi faire, si vous n'agissez pas, si vous ne le mettez pas en pratique, vous connaitrez l'échec.

Alors s'il vous plait, ne vous contentez pas d'une compréhension intellectuelle, ne vous limitez pas à un savoir, ou à une technique.

Agissez !

Seulement cela peut vous transformer, changer et faire avancer les choses.

Bougez, secouez vous !

Vous ne le regretterez pas.

 

mardi 1 décembre 2020

Retraite d'hiver du 30 décembre au 3 janvier 2021.

 

LA VOIE DE LA NON-DUALITE

 

Retraite d'hiver en Provence dans le Luberon

 

Du 30 décembre au 3 janvier 2021.

 

Bonne nouvelle :

La retraite d'hiver, en Provence, dans le Luberon, au dessus de la petite ville d'Apt, du mercredi 30 décembre au dimanche 3 janvier 2021 pourra avoir lieu normalement comme prévu, moyennant un petit aménagement horaire, tenant compte du couvre-feu.

Pour plus de détails concernant cette retraite, faites un peu descendre le menu déroulant des messages jusqu'à celui du 3 novembre dernier.

Pour ceux qui attendaient ces informations pour le faire, merci de vous inscrire sans tarder, le nombre de places étant limité.

Renseignements, inscriptions, écrire :

lemoinegojo@gmail.com

 

Satsangs hebdomadaires à Apt :

Jusqu'au 15 décembre :

Le mardi à 17h.

Le samedi à 11h.   

mardi 24 novembre 2020

La Conscience est le seul agissant.

 

Question :

J'ai lu que la Conscience était la même pour tous. Alors comment tous ces problèmes, tous ces conflits sont-ils possibles ?

 

Réponse :

Vous dites : "La Conscience est la même pour tous". Mais est-ce là réellement votre expérience?

Si oui, toutes vos questions, tous vos doutes, seront résolus. Si non, si ce n'est qu'une pensée ou une croyance, impossible alors d'en réaliser les conséquences réelles. Aussi est-ce par là qu'il faut commencer, à savoir :

Réaliser qu'il n'y a en nous aucun moi personnel, aucune entité séparée.

Découvrir que nous sommes Conscience.

Reconnaitre si cette Conscience est personnelle, privée, ou s'il n'y a qu'une Conscience, au sein de laquelle toutes choses apparaissent ?

Apprendre à célébrer.

La Conscience est. La manifestation est son activité, sa façon de se célébrer en quelque sorte.

Au sein de cette manifestation est la diversité. Tout y est possible, y compris la connaissance, y compris l'ignorance. L'harmonie repose précisément sur la réalisation que nous sommes Conscience, et que la manifestation est son activité.

Tout surgit de la Conscience. En elle, tous les choix sont possibles, mais ils ne sont jamais ceux d'un moi personnel et séparé. La Conscience est le seul agissant.

Nous sommes la Conscience.

Le réaliser est connaissance, la conséquence en sera le bonheur.

L'ignorer est confusion, la conséquence en sera la souffrance.

La Conscience inclut l'un et l'autre, et la manifestation, via connaissance ou ignorance est son jeu.  

lundi 16 novembre 2020

Entendre le silence. Les pseudo-écolos.

 

L'air était encore doux, et il aurait été agréable de rester un peu au soleil, à profiter de la chaleur de ses rayons.

Hélas, les voisins, toujours aussi bruyants, avaient décidé de se lancer dans on ne sait quels travaux, impliquant un raffut fort désagréable.

Bien que vivant en pleine nature, il est frappant de voir à quel point, souvent, les gens ne peuvent s'empêcher d'être bruyants et dérangeants, sans égard ni respect pour tout ce qu'ils dérangent, la nature, le voisinage, et ce, en l'occurrence, malgré des revendications et idéologies pseudo-écologiques, prônant respect, harmonie...

Il est étonnant de constater, comment ce genre d'idéologies ont en fait peu de poids, quand elles ne sont pas relayées par une véritable expérience de paix, d'harmonie, de non-séparation, en soi-même, dans le concret de notre vécu.

Dans ce cas en fait, l'égoïsme, l'individualisme, et toutes sortes de comportements égocentriques, ne tardent pas à reprendre le dessus.

Nous sommes donc resté confiné dans le salon.

Très vite, nous fûmes saisi par la paix qui y régnait. Tout y était immobile, certes, mais intensément vivant. Les meubles, les cadres au mur, le soleil jouant sur les tomettes ou éclairant soudain la couverture d'un ouvrage, ou quelques bibelots dans la bibliothèque. 

Un silence était là. Pas seulement l'absence de bruit, mais un silence vivant, vibrant. On pouvait entendre ce silence, et au loin, malgré les doubles vitrages, le bourdonnement des machines dans la colline.

Ce silence n'était ni extérieur, ni intérieur. En fait, l'un et l'autre avaient disparu. Quelque chose d'immense s'ouvrait, se déployait, incluant tout. 

En cela était la paix et le contentement.