samedi 14 septembre 2013

Ramana Maharshi .


Ramana Maharshi, fut sans doute l'un des plus grands maitres indiens de la non-dualité (advaita).
L'essentiel de sa transmission passait, parait il, par le silence; mais il enseignait aussi une approche spécifique, appellée "atma vichara", ou auto-investigation su Soi, sur laquelle il mettait fortement l'accent.
Pourtant, étonnament, parmi les nombreuses personnes attirées par la présence de Ramana, assez peu semblaient suivre cette approche qu'il recommandait souvent.
Même en sa présence, certains continuaient a accomplir des cérémonies, des rituels, a réciter des mantras ou des prières, a invoquer tel ou tel dieu....
Lorsque on participe, ou organise un stage ou une retraite en occident, consacré a la non-dualité, il est toujours très etonnant de prendre connaissance du programme que ce sont concoctés certains, avant ou après.
Qui envisage très vite de participer a une rencontre organisée par un célébre enseignant.
Qui part visiter un gourou en Inde.
Qui participe a des ateliers de psychothérapie, de guérison, de découverte de son moi profond, de son enfant interieur, de son coté féminin ou masculin caché, de trantra, de chamanisme, de chant sacré, de découverte de ses vies antérieures, de purification karmique, de libération des chakras, d'harmonisation des énergies, de découverte de son maitre intérieur, de spiritualité quantique (ca, ca vient de sortir), etc, etc........
Pascal ne disait il pas :
" Tout le malheur de l'homme vient du fait qu'il est incapable de rester chez lui, assis tranquillement sur une chaise."
Le véritable chez soi, ne devrait il pas désigner le Soi, la Présence?
Rester assis , tranquille, être ce que nous sommes, sans fioriture.
Laisser tensions, illusions, simplement s'apaiser, se libérer, dans l'absence de toute activitée fébrile d'une personne imaginaire, semble être la plus difficile des choses, pour ceux embarqués dans le tourbillon d'une recherche sans fin.
Lorsqu'on lui expliquait cela, Ramana se contentait de dire doucement :
" Oh quel dommage,
    Oh quel dommage ."

Aucun commentaire: