samedi 17 mai 2014

Destructurer les concepts .



Nous devons destructurer les concepts a travers lesquels nous vivons.
Le monde, par exemple, est un concept; le corps également.
Lorsque nous voyons qu'un concept n'est en fait qu'une facon de figer les choses, et qu'il apparait sous la forme de multiples sensations, perceptions, qui constamment vont et viennent, apparaissent, disparaissent; nous réalisons soudainement que tout cela apparait en nous.
L'expérience du monde, sous la forme de multiples perceptions, apparait en nous.
L'expérience du corps, sous la forme de multiples sensations, apparait en nous.
L'expérience du mental, sous la forme de multiples pensées, apparait en nous.
Quand cette évidence nous percute, nous réalisons que nous sommes cela; la Présence- Consciente, au sein de laquelle tout est accueilli .
L'évidence de notre véritable nature originelle s'impose alors, et transforme notre compréhension, notre vision, et notre expérience des choses, de la vie....

6 commentaires:

Guillaume Hoareau a dit…

Nous ne pouvons pas déstructurer les concepts par la pensée.
Le mot monde, par exemple, est un concept; le mot corps est également un concept.

Lorsque nous voyons le monde par le prisme d'un concept, il n'est plus la chose mais seulement le fruit de nos multiples sensations, perceptions, expériences, mémoires, éducations qui constamment nous maintiennent dans nos illusions.
Les mots, les discours, notre pensée ne nous font pas apparaître la réalité du monde mais seulement le monde sous l'angle de multiples prismes sensoriels...........
Donc revenons à l'essentiel pour atteindre notre nature profonde : .........................

le moine GOJO a dit…

Remarquez bien qu'il n'a jamais été dit ici que nous pouvions destructurer un concept par la pensée.
(les concepts étant eux même des pensées)
Lorsque par exemple le corps est percu sensoriellement, le concept de corps disparait.
L'essentiel s'avere être précisement la Présence-Consciente qui n'est autre que notre véritable nature.

Guillaume Hoareau a dit…

Bonjour
Effectivement, je remarque bien qu'il n'a jamais été dit sur votre blog que nous pouvions destructurer un concept par la pensée.
Comment le corps qui est perçu sensoriellement, induit que le concept de corps disparait ?
Tout un chacun perçoit son propre corps par les sens ( la vue - le toucher - l'odorat ..), mais cette perception sensorielle modifie notre véritable vision de nous-même car les sens sont liées à la pensée.
Si nous regardons notre corps, cette vision induit dans notre pensée du dégout, de la joie, de la fierté, de la peur, de la souffrance et déforme notre réelle vision.
Nous sommes alors présent et conscient d'une illusion qui n'est pas notre véritable nature.

le moine GOJO a dit…

bjr guillaume
la place manque ici pour approfondire une réponse mais vous pouvez si vous le souhaitez m'écrire par mail.
Le concept de corps est une pensée.Le contact reel avec le corps tel qu'il se présente réellement a nous, c'est a dire sensoriellement,est ce qui dissout ce concept. C'est la l'objet de l'approche corporelle qu'il est impossible d'intellectualiser ici sans en faire un nouveau concept.
Quand a notre "véritable nature", elle ne saurait être un objet.
Elle n'est donc a rechercher ni dans les pensées, ni dans le corps.....

Guillaume Hoareau a dit…

Bonjour Gojo
Tout d'abord je vous remercie pour votre réponse et j'en profite également pour vous féliciter ( avec du retard) pour votre blog
La place ne manque jamais si on arrive à la concevoir comme un concept produit par notre esprit et ce où que l'on se trouve au moment où la pensée concept " place" apparaît dans notre esprit. Je prends note de la possibilité de vous écrire par mail, et je n’hésiterai pas.

Effectivement le concept de corps est une pensée.
Si on frappe quelqu'un au visage, le contact réel avec le corps tel qu'il se présente réellement à lui, c'est a dire sensoriellement,est ce qui dissout ce concept mais peut induire la colère. En effet , il est impossible, par exemple, de faire comprendre intellectuellement, à quelqu'un, une claque si cette personne n'a jamais reçu une claque . La claque, sans en faire un nouveau concept, reste une claque. L'esprit de tout un chacun transforme vite la claque en un acte agressif ( un concept) alors qu'il y a juste simple contact réel avec le corps.

Je reconnais que notre "véritable nature" saurait être un objet.
Tout un chacun recherche sa "véritable nature" ; personne ne peut dire à l'autre où la rechercher ou où ne pas la rechercher car elle est en nous. Qui est mieux placer que nous-même pour apprendre à se connaître et à se libérer des concepts, des sensations, émotions qui nous ont construis ?
Merci pour toute votre attention et excellente continuation à vous dans " La Présence-Conscience."
Bien cordialement.

le moine GOJO a dit…

Vous avez raison, il n'y a personne.
La est "notre" véritable nature, et tout apparait en elle.
Je vous remercie pour vos messages Guillaume.
Cordialement.