dimanche 12 avril 2015

Le prix à payer .



Question :
J'ai suivi un processus qui m'a libéré de l'identification au corps-mental. (...)
La seule chose qui me gène encore est de ne pouvoir l'exprimer à mon entourage (...)
Chacun se réjouit ou pas des évènements, en moi, il n'y a plus d'attrait pour cela. (...)
Il y a donc un décalage grandissant qui s'installe et la découverte d'une immense solitude.
Est ce donc le prix à payer?
D.

Réponse :
Bonjour D.
Ce que vous décrivez n'est pas mon expérience.
Ou alors, pourrait on envisager qu'il s'agisse d'une étape.
L'identification à un moi séparé est précisément ce qui crée la souffrance.
De là, vient le sentiment de solitude, de séparation et toute la difficulté à vivre.
Lorsque nous réalisons que cette identité est fictive et que nous nous découvrons être la Présence-Consciente, alors, c'est au contraire la plus grande facilité qui apparait.
Progressivement, cette facilité, cette légèreté, imprégnée du parfum de la Présence, recouvre et inclue tous les aspects de notre vie, tous!
Alors, doucement, tout devient plus clair, plus fluide, plus doux, plus harmonieux, notre rapport au corps-mental, aux autres, à nos amis, à ceux avec qui nous étions en conflit, à notre famille, à notre entourage professionnel, à notre vie affective, à la sexualité....
Il est possible qu'au début, nous soyons quelque peu désorienté par cette découverte, que nous ne sachions trop comment faire, comment en parler, comment gérer les changements qui s'installent en nous.
Naturellement, la Vie prendra tout cela en charge et apportera les solutions adéquates.
Il n'est pas nécessaire de modifier notre façon de vivre, mais il est vrai que certains changements apparaitront d'eux mêmes.
Une chose est sûre, nous ne les regretterons pas.
Nos centres d'intérêts, nos passions, nos gouts pourront rester les mêmes ou se modifier, mais plutôt qu'être le lieu d'expression de désirs égotiques ou de manques, ils deviendront célébration de Cela, de la vérité, du Soi, de la Conscience, de notre nature véritable.
La solitude est toujours celle de quelqu'un.
Observez la librement, accueillez la.
Vous verrez qu'elle est à la fois pensées et tensions.
Laissez tout cela se libérer en vous.
Lorsque la Présence semble souhaiter vous envelopper de sa paix, de sa douceur, de sa joie, abandonnez vous à elle sans réserve.
Lorsque parfois, semble ressurgir certains éléments liés à l'identification au corps-mental, comme la solitude, la colère ou autre, ne vous jugez pas. Offrez les à la Présence.
Ce que nous recherchons vraiment n'est jamais loin.
C'est justement ce que nous sommes. Aussi, inutile d'essayer de l'être.
Lorsque nous découvrons que la personne, le corps-mental, existe, mais n'est pas notre identité véritable, lorsque nous réalisons que nous sommes la Présence, et qu'il n'est qu'une Présence, les problèmes disparaissent et la Vie se révèle comme une fleur précieuse, célébrant la beauté.

Aucun commentaire: