vendredi 19 octobre 2012

La révélation de la Conscience.

Très souvent, et pendant longtemps, nous avons vécu identifiés à une personne, c'est-à-dire à un moi séparé. Tout, dans notre entourage, parmi nos amis, la société, semblait accréditer et renforcer cela.
Un jour, nous remettons cette croyance en cause.
Au fond, qui suis-je vraiment? Autrement dit, quel est dans ma vie le véritable sujet?
Est ce la personne?
Quelle est-elle?
En investiguant, nous constatons qu'elle se compose du corps, et des pensées.
Ce corps-pensées, identifié comme "moi", peut-il être le sujet, autrement dit, ce qui perçoit?
Le corps-mental est en fait perçu sous forme de sensations et de pensées.
Il est ainsi un objet (de perception), et ne peut être véritablement le sujet percevant.
Lorsque ceci est vu, dans une totale clarté, nous comprenons que la personne avait en fait usurpé le rôle de sujet véritable, qu'elle fait tout simplement parti du perçu.
Le trône du "je" se trouve donc être vacant lorsque la personne, devant l'évidence de la compréhension, se trouve contrainte de le quitter.
Il est vacant, et c'est très bien ainsi. Il ne faudrait surtout pas y réinstaller quoique ce soit d'autre.

Cet espace vide de tout sujet, nous apparaît souvent au début comme une absence.
Il est pourtant Ce qui bientôt se révèlera comme étant la Présence, véritable sujet de toutes choses, pure Conscience.

Jean Klein expliquait cela par un exemple utilisant les analogies suivantes:
Supposons un mur blanc, figurant le Soi, auquel est accroché un tableau, représentant la personne , ou le "je" séparé.
Nous sommes totalement identifiés aux apparences de la personne, le tableau, et ignorons complètement le Soi-Conscience, le mur.
Le tableau est enlevé.
Assez bizarrement, il est vrai, nous ne voyons toujours pas le mur, mais plutôt l'absence du tableau, et cela nous déconcerte.
Doucement cependant, nous nous habituons à cette absence, et alors enfin se révèle véritablement le mur, arrière plan de toutes choses.

1 commentaire:

Marie Surya a dit…

Merci Pierre. (^_^)