lundi 11 novembre 2013

La Conscience, avec ou sans objet .



Les pensées, les sensations, les perceptions, viennent en nous pour se libérer.
Elles doivent être accueillies.
Dans cet accueil, sans choix, sans intention, inconditionel (ce qui pourrait être une définition de l'amour), sans même personne pour le faire, parfois pour la premiere fois, Ce qui est, peut être percu et accepté.
C'est ainsi, en l'abscence de toute activité du moi, (lui même faisant intégralement parti du percu et donc du problème), que se libèrent les objets et la souffrance.
Lorsqu'ils se libèrent, et que l'étau qui parfois nous prenait a la gorge disparait, cela nous laisse dans une tranquillité, une paix, jusque la inconnue.
Cette paix, n'est ni un nouvel objet, ni même un état de la personne.
Elle est le substrat même, le parfum de la Conscience, en laquelle tout se joue.
Une fois découverte cette réalité dans l'appaisement des objets ou des situations, il sera indiqué quelle existe même en leur présence.
En fait, tout baigne en elle.
Découvrir cela et permettre aux choses d'apparaitre, de se déployer, et de se libérer au sein de l'immuable Présence que nous sommes, est célébration.
C'est aussi la source même de la guérison.

Aucun commentaire: