mardi 11 mars 2014

Face a la souffrance .



Le moine Gojo (P.M.T) vient de passer trois semaines a l'hopital; hospitalisé puis opéré en urgence.
Sur ces trois semaines, quelques jours de souffrance intense.
Quand le corps vous abandonne douloureusement.
Quand la douleur vous submerge.
Quand vous êtes pret a renier père et mère pour un instant de répit ou une gorgée d'eau.
Que reste t il de la spiritualité, de la sagesse, de la Présence, de toutes ces belles idées?
A peu près rien en fait.
Et puis, le processus s'inverse.
Les symptomes refluent, la douleur s'apaise, les forces reviennent....
Et les belles idées aussi.
Dans cette vie, chaque moment s'impose a nous.
Nous ne choisissons pas nos pensées, ni d'être un homme, une femme, un ours, ou de tomber malade.
Le pire , peut être, serait de se racompter une histoire, qui nous sépare de cet instant.

Si le sujet vous intéresse et que vous avez la chance d'être en assez bonne santé, voyez simplement que la Présence-Consciente n'est pas une illusion.
Profitez de la vie, contemplez chaque chose, pensée, sensation, perception, comme apparaissant en vous, au sein de la Présence.
Voyez simplement la beauté de Cela, et STOP!
Ne rajoutez rien, pas de commentaire, pas d'histoire.
La récupération de tout cela par une personne voulant se la jouer spirituelle, harmonieuse, cherchant finalement par la a échapper a sa misère, invite l'enfer.

1 commentaire:

Dan eclore-en-conscience a dit…

Je viens de vivre un épisode similaire ( opération très douloureuse) et je trouve très juste l'accent que vous mettez sur l'importance de l'absence d'histoire.
Au cœur de la douleur physique il y a juste ce qui est et parfois ce n'est pas très reluisant en termes de pensées ou d'émotions. C'est, cela arrive et nous submerge et dans l'œil du cyclone parfois un silence en forme de bref clin d'œil terrasse toutes nos certitudes, même les plus originales et les plus spirituelles.
Merci pour ce blog inspirant... Amor Fati... Et belles éclosions à tous.