samedi 4 octobre 2014

Méditation en ville .



Quelques nuages trainaient mollement au dessus des immeubles, s'étirant comme pour s'offrir davantage aux derniers rayons du soleil.
A mesure que le soir s'avancait, ils se teintaient de nuances incandescentes, révèlant la beauté.
Les grands arbres du parc avaient cessés d'agiter leurs feuillages et demeuraient immobiles.
Perché tout en haut d'une tour, un merle annoncait la nuit.
En ville, entre les immeubles, seul un morceau de ciel s'offrait, et un peu de verdure aux pieds des tours.
Pourtant, en cet instant, reignait la beauté, et l'ouverture totale, sans pensée, sans mouvement, de l'esprit et du coeur, invitait la méditation qui paraissait envelopper toutes choses d'une incommensurable paix.

Aucun commentaire: