mercredi 15 octobre 2014

Méditation .



Le soleil déclinait a l'ouest.
Face a nous, la campagne était déja dans l'ombre; mais le ciel était encore d'un bleu tendre et délicat.
Au dessus des collines, d'immenses nuages blancs, indolents, s'empourpraient de couleurs, douces ou flamboyantes.
Tout semblait immobile et silencieux, mais en écoutant bien, on remarquait le chant discret de nombreux petits oiseaux dans les bosquets.
Un gros corbeau traversa lentement le ciel vers l'est.
Les arbres semblaient recueillis, comme retirés en eux même a l'approche du soir.
Les couleurs du ciel incandescent s'adoucissaient lentement.
L'air se fit plus frais.
Une grande paix sembla recouvrir les collines, et cette paix n'était pas différente de celle de notre coeur.

Aucun commentaire: