dimanche 5 mai 2013

Le regard profond .

Généralement, nous ne regardons jamais les choses profondément.
Nous y jettons un coup d'oeil, et nous disons, "j'ai vu" .
Cela  est le regard du mental, qui a rangé déja l'objet percu dans un coin de la mémoire, croyant ainsi le connaitre.
Cette vision- compréhension, n'est que superficielle.
Voir suppose de laisser se poser notre regard sur un objet, une fleur, les nuages, notre enfant, une oeuvre d'art; le mental totalement appaisé, disponible, et laisser ainsi l'objet venir  et se révéler a nous.
Il n'y a pas d'attente, juste nous regardons et laissons aux choses le temps de se dévoiler.
Alors, dans ce silence sans temps, l'objet vu se découvre dans sa réalité.
Plus encore, il révele la silencieuse Présence qui l'accueille, et dans cette abscence de séparation, de dualité, entre ce qui voit, et ce qui est vu, la beauté est.

Voici un poeme du moine Zen ermite Ryokan :

Je n'ai rien de spécial a vous offrir
juste une simple fleur
dans un petit vase
a regarder un long moment....


Aucun commentaire: