jeudi 22 mars 2018

Dieu, la méditation et moi.



Question :
J'ai lu une définition de la méditation qui disait:
"La méditation, c'est faire le vide en soi, pour être préparé à la venue de Dieu."
Qu'en pensez-vous ?

Réponse :
Ecouté dans une certaine perspective, cela sonne plutôt bien, n'est-ce-pas?
Mais un peu plus profondément, qu'est-ce que cela veut dire?
Qui va faire le vide?
"Moi", bien sûr.
Et qui est donc ce "moi" ayant la capacité de le faire?
Sans doute, l'auteur veut-il pointer le fait, d'être vide de pensée, de jugement....
Motivé par mon désir de Dieu, "je" vais m'y efforcer très fort.
Autrement dit, "moi", "je", qui fais ce vide, est à la manoeuvre. Il est l'agissant, et se nourrit ainsi de son activité.
Voici donc un vide, temporairement peut-être, sans pensée frivole, mais à coup sûr, rempli de "moi", de "je". 
Drôle de vide n'est-ce pas?
Et ce Dieu à qui "je" suis sensé faire de la place, qu'est-il donc?
Un petit bonhomme vert? Un état particulier? Une énergie?
Voyez que cette définition de la méditation a du mal à résister longtemps à une investigation un peu pointue.
L'intention était pourtant louable.

Qu'est ce que faire le vide au juste? 
C'est voir profondément qu'en fait, il n'est que le vide.
Il n'y a absolument rien à faire, ni personne pour le faire.
Lorsque se découvre l'inexistence fondamentale d'un "je", ou d'un "moi", pouvant ou devant faire, ou ne pas faire, ceci ou cela, là, est le vide véritable; et ce vide, cette absence de "moi", d'entité séparée, est accueil pour tout ce qui souhaite s'inviter en lui.
En lui, sans pouvoir se nourrir d'aucune prétention à être quelqu'un de spécial, pensées, objets, ne se maintiendront pas longtemps.
C'est dans cette clarté, libre de toute intention, de toute entité, que ce vide, cette absence, se révèlera comme Présence. Cela.
Au fond, n'est-ce pas ce que tout le monde cherche, mais hélas, maladroitement et au mauvais endroit?

Aucun commentaire: