samedi 14 juillet 2012

Retraite d'été : réalisation spirituelle et vie quotidienne.

La retraite d'été débute dans un peu plus d'un moi.
Elle est un moment privilégié pour approfondir la Voie.
Un moment de communion et de solitude, mais seule cette solitude, profondément vécue, peut nous révéller notre commune Présence avec tous les etres, avec toutes choses.
Pendant un stage ou une retraite, tous les moments de la vie quotidienne sont une occasion de transposer et d'approfondir notre compréhension.
Parfois, cela est facile, parfois moins. La joie de la Présence inclut les deux.

Pour cette retraite, personne n'ayant manifesté le souhait d'aider a la cuisine, nous avons dus, pour la premiere fois, faire appel a une aide extérieure rémunérée.
Certains pensent que c'est beaucoup mieux ainsi, car ils pourront consacrer plus de temps a la Voie, a l'essentiel, etre moins dérangés par ces taches domestiques, moins stressé aussi.
Mais qu'est ce que la Voie, sinon la vie quotidienne elle meme, a travers ses taches multiples, éclairées par la compréhension?
Lors d'une retraite, il est vraiment précieux de pouvoir exprimer notre réalisation a travers l'activité, et la cuisine en est une privilégiée.
Réaliser la Présence dans le calme de la salle de méditation est une chose, transposer cette réalisation dans le tourbillon de la vie quotidienne, en est une autre.
Craindre d'etre dérangé dans sa pratique par les taches du quotidien, n'est que l'expression d'une peur, liée a la croyance encore vivace d'etre une personne séparée.

Dans le cadre d'une retraite, s'investir dans la préparation des repas (au autre), devient la continuité de la méditation.
Tout apparait dans la Présence, tout devient la Présence, le Soi, Conscience.
Ce qui en ressort devient magique, et meme la saveur des repas en est comme transformée.

Souhaitons que chacun puisse approfondir sa compréhension-réalisation, au dela de toute catégorie personnelle et que les repas de cette retraite soient aussi savoureux que lors des précédentes.

3 commentaires:

Kévin a dit…

Bonjour,

J'ai comme l'impression que beaucoup recherchent dans "l'éveil" une sorte de super anesthésiant les assurant, sans qu'ils agissent d'aucune façon, un bonheur total permanent. Un de leurs adages serait "Si je suis malheureux, c'est que je ne suis pas éveillé".

Or qu'est ce que "l'éveil" sinon la sensibilité au vivant ? Qu'est ce que "l'éveil" sinon pleurer, s'énerver, être joyeux, être triste, faire la cuisine, marcher, dormir, laver la vaisselle, etc. sans qu'il y ait personne pour s'attacher à ces différents états ?

Agent Protogène a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Agent Protogène a dit…

un état ordinaire, normal, tellement que finalement beaucoup de personnes pensent que ça ne peut pas être çà, qu'ils ne le reconnaissent pas, passent à coté et cherchent quelque chose de plus "royal"...